Virginie Peyre

Virginie Peyre, design, création textile

••••••••••••••••••••••••

Tél. 04 90 62 28 32

virginiepeyre@aol.com

www.virginiepeyre.com

27 grande rue – 84340 Malaucène

•••••••••••••••••••••••••

 » Je suis née d’une maman couturière, d’un papa dessinateur, et d’une montagne magique, le Ventoux.

Dans le nid il y avait déjà un frère et les oeufs, prêts à éclore, de deux soeurs.

A mes parents bienveillants se sont ajoutées des fées qui m’ont donné le goût pour les belles images et les couleurs.

J’étais parfaite; très sage, silencieuse, solitaire. Je faisais « des petites merveilles »et mon frère se moquait de moi.

Mon biotope, c’était un vallon arrosé par la belle source du Grozeau, à Malaucène, un coin assez frais pour faire pousser de l’herbe pour les moutons, des fleurs sauvages, et des arbres jusqu’au ciel.

Pas de télévision, donc beaucoup de temps employé à rêver et à fabriquer mes jouets, à partir de récupération de papiers, cartons, tissus, etc.

J’inventais sans le savoir un monde imaginaire dans lequel j’allais pouvoir me construire et vivre ma vie.

Après mes études, j’ai travaillé, parce que l’art, l’amour et l’eau fraîche, ça nourrit l’âme, mais ne remplit pas le ventre !

J’ai semé des coquelicots, des singes et des éléphants sur du tissu, j’ai cloné de la lavande pour parfumer les souvenirs des touristes, j’ai réalisé quelques costumes de théatre et des broderies farfelues pour la mode, j’ai illustré des albums jeunesse, bref des tas de choses, à l’aiguille ou au pinceau, parce que je n’avais pas peur de me lancer à l’aventure.

Au rayon Aventure, j’ai eu deux filles magnifiques, douces et calmes, qui ne me donnent que du bonheur.

Avec le temps, j’ai eu envie de partager mes jeux (enfin!), avec les autres; alors je suis devenue assistante de mes élèves artistes. Aujourd’hui créer donne un sens à ma vie, et j’ai vraiment à coeur de transmettre mon savoir-faire, parce que l’expression artistique n’est pas juste un loisir, c’est une nourriture de l’âme, essentielle à notre épanouissement.” Virginie Peyre.